Du flux, du flux, du flux !

2 février 2014 à 21:42 | Publié dans Interweb | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le logo RSSC’est avec en tête l’idée de vous parler des toujours plus nombreux sites que je suis avec amour que je m’apprêtais à attaquer cette note. Guinness et fromage trônaient en abondance, et j’étais sur le point de plonger dans les tréfonds de mon agrégateur de flux. Mais je vois que certains tiquent déjà, alors que nous n’en sommes qu’à la troisième ligne et que Guinness et fromage toujours en abondance trônent.

Quant aux plus perspicaces, ils ont déjà deviné que plus que de mes saines lectures, nous nous embarquions sur le sujet du contenant1.

J’aime les blogs. J’en lis beaucoup. Le temps que j’ai passé chez Maître Eolas ou chez l’Odieux Connard se compte en dizaines d’heures, peut être même bien en centaines. Je voue un certain culte à Boulet et à Ploum. J’allais aussi souvent que possible voir s’il y avait des nouveautés sur xkcd ou chez Jaddo, sur  ABAM ou CLG. Et j’étais toujours un poil déçu s’il n’y en avait pas sur Oatmeal ou chez Sam & Max.

Le fait que je vienne de passer plusieurs heures à sélectionner ces dix liens (clique les ; si tu le fais pas, je le saurai et je viendrai te pincer très fort) et à relire une palanquée de notes de ces sites n’a d’ailleurs pas grand-chose à voir avec notre sujet, même s’il l’illustre finalement plutôt bien.

·

La découverte des flux RSS il y a, allez, un an un an et demi m’a pas mal changé la vie. Au-delà du jeu de mot facile sur cet ancien état dont l’hymne déplorait le fait que Kouchner alors ait mélangé Pasqua ou de l’acronyme certes moins connu d’une organisation paramilitaire hindoue, je pense que si j’ai passé une bonne dizaine d’années sur internet sans utiliser cette technologie, c’est parce qu’on me l’avait très mal vendue. J’avais en tête, et c’est peut être votre cas à vous aussi, une espèce de favori dynamique. Je suis à peu près sur d’avoir fini par essayer, un jour, pour voir qu’effectivement, ça te mettait tous les titres des derniers articles d’un site d’actu ou d’un blog dans un dossier de tes marque-page, et qu’effectivement ça s’actualisait tout seul. Et j’avais trouvé ça tout pourri, évidemment. Parce que ça ne s’utilise certainement pas comme ça : quitte à guetter les nouveaux articles, autant aller directement sur le site plutôt que de fouiner dans des listes moches et déjà surchargées.

La meilleure façon d’utiliser les flux RSS (Really Simple Syndication, d’ailleurs ; les termes importants sont really et simple, vous allez voir) est de passer par un agrégateur, un site (la plupart sont gratuits pour des usages non pro) qui se charge d’agréger les différents flux. Google a longtemps tenu le gros du marché avec Google Reader avant de fermer le service il y a six mois (on y reviendra). J’ai testé The Old Reader et Feedly. J’utilise finalement uniquement ce dernier, que je trouve plus pratique et plus rapide dans sa mise à jour. Je ne vous parle pas des solutions libres et auto-hébergées, ça a sincèrement l’air super tant technologiquement que philosophiquement, mais si vous en êtes à ce stade là vous n’apprendrez malheureusement pas grand-chose chez moi.

Concrètement, une fois inscrit à l’un de ces services, vous y ajoutez des abonnements aux sites que vous souhaitez suivre. Quand vous vous connectez au service, vous voyez la liste des nouveautés sur tous les sites auxquels vous êtes abonnés depuis votre dernière visite et, la plupart du temps, vous pouvez les lire directement sans quitter votre agrégateur.

Techniquement, la plupart des sites ont leurs flux RSS. Pour résumer, un flux RSS est une page web qui reprend des informations du site – l’auteur y met ce qu’il veut – généralement les X derniers articles (parfois tronqués) : c’est par exemple le cas de ce blog, ça se passe par ici si vous voulez voir à quoi ça ressemble. D’autres sites n’y affichent que le début des articles voire uniquement les titres, soit par stratégie, soit parce qu’ils n’arrivent pas à le changer. C’est un peu cette dernière option qui explique qu’il n’y ait que les titres dans le flux du blog de notre, et c’est l’instant autopromo, excellente et belle asso d’organisation de scènes ouvertes B’Arts Scéniques : j’y ai passé des heures et des heures, pas moyen de faire mieux. Bon, que ça ne vous empêche pas de vous abonner , ça vous permettra d’être sûr d’être prévenu quand il y a un bel et excellent, donc, nouvel article. Certains blogs font encore autre chose, par exemple un récap des entrées de la journée comme le Shaarli de SebSauvage, ou encore même une redirection vers une page facebook.

À vous de vous abonner aux sites que vous souhaitez suivre. C’est gratuit. C’est anonyme (pas comme l’abonnement à une newsletter ou aux alertes de mise à jour par mail, par exemple ; pas comme facebook ou twitter non plus, où vous n’avez pas forcément envie de montrer à la face du monde vos passions pour des subcultures des plus honteuses ni vos accointances politiques pour le moins douteuses). Ça peut s’annuler à tout moment de manière hyper simple.

La meilleure façon de s’abonner est de cliquer sur le logo RSS, que vous avez dû voir douze millions de fois depuis que vous errez sur les interwebs, et qui illustre cet article. Vous sélectionnez le service que vous utilisez dans le menu déroulant, et roule ma poule. L’autre façon de faire est de coller l’adresse du site que vous souhaitez suivre dans le volet de recherche de votre agrégateur, la plupart du temps ça marche très bien.

C’est donc éminemment pratique pour suivre les sites et les blogs que vous aimez (je déconseille plutôt de mettre des sites d’actu généralistes, c’est un coup à être noyé sous des tétrachiées de nouveaux articles) ou faire de la veille. Ça peut aussi vous alerter quand vous avez des commentaires sur votre blog (ou à être alerté des nouveaux commentaires sur un blog pas à vous, mais j’avoue moins voir l’intérêt). Ou encore à suivre une chaine youtube sans vous abonner sur youtube (c’est un poil plus compliqué. Par exemple, le flux pour s’abonner à la chaine de Golden Moustache est https://gdata.youtube.com/feeds/base/users/GoldenMoustacheVideo/uploads?orderby=published ; pour une autre chaîne, eh, remplace ce qu’il y a après users par le nom de la chaîne).

Si bizarrement vous n’entravez que pouic à mes explications, je vous incite à aller voir chez Sam & Max ou chez Korben, ils expliquent bien et y a des images.

·

Bon, je vous vois venir avec une objection grosse comme une maison : c’est bien joli ta technologie de l’ère précambrienne (ie. du deuxième millénaire), mais depuis on a quand même facebook, twitter et google + pour ça. Non, non et renon, vous répondrai-je. Bon, twitter, à la rigueur, si vous n’avez pas trop d’abonnements (allez, moins d’une centaine, on va dire), et que vous arrivez à tout lire. Mais vous louperez des trucs, parce que sur twitter, y a quand même beaucoup de bruit. Et si le mec que vous voulez suivre n’y poste pas des liens vers ses articles, bah vous êtes bien quéquette. Parce que RSS, c’est quand même bien pratique pour un webmaster feignasse : une fois que ça marche, tout est automatique.

Facebook, par contre, même si je pense qu’il est très très dur de ne pas y être, c’est loin d’être la panacée. Et j’ai des exemples qui peuvent le prouver. J’ai appris récemment qu’une consœur tenait un très chouette blog sur le fromage, non sans brio (le Jean-Michel Calembour en moi me pousse à écrire « non sans brie » ; mais tel ce bon vieux Merkwürdigliebe,  je parviens à peu près à me contrôler). Long story short, mon abonnement via le flux RSS me permet de lire chacune de ses notes. Mon abonnement simultané à sa page facebook, eeeh… je n’ai pas eu droit à la moindre de ses notifications sur facebook. Merci Zuckie change rien c’est super !

Parce que oui, faut savoir que facebook ne transmets les statuts d’une fanpage qu’à, environ, un tiers de ses abonnés (plus il y en a, plus la proportion baisse : sur une vraie grosse page, ça tape dans les 10%. J’ai l’impression que ces taux sont en constante régression). Pourquoi ? Parce que si une fanpage veut toucher plus de monde, il faut qu’elle raque. En plus, c’est toujours plus ou moins les mêmes fans qui sont touchés. Vous pouvez être abonné à une page, et ne recevoir aucune notification. Jamais.

On constate d’ailleurs bien ça en étant de l’autre côté de la barrière, sur notre page B’Arts Scéniques (ouais, je fais de l’autopromo, mais alors sans vergogne aujourd’hui. En même temps, c’est aussi plus ou moins mon métier ; je ne sais pas si cet argument tient lieu d’excuse), on voit bien (parce que facebook, pas con, fournit des stats) qu’on ne touche que très peu de fans à chaque post ; alors par contre les pop up qui nous proposent de passer à la caisse, on les voit bien aussi.

Évidemment, je trouve ça tout pourri. Que des gens te likent, ça te fait plaisir, parce que tu reçois les notifications, parce que tu vois leur nom. Mais si tu veux un vrai lien sans intermédiaire qui vient y coller son nez, eh, RSS, c’est mieux.

Quant à Google +, si vous êtes dessus, il y a, allez, à peu près neuf chances sur dix pour que vous bossiez chez Google. Salut Victor, salut Fanny, tout baigne pour vous en ce moment ?

Ouais, je trolle à peine, mais je suis convaincu que si Google a fermé son service G Reader, qui était leader de son marché sans forcer et fonctionnait très bien, c’est pour pousser à la fois Google + mais aussi sa régie pub, qui tient, elle, une part de marché gigantesque. RSS, c’est une technologie ouverte, qui marche avec tout, et qui va précisément à l’encontre de la minitelisation que les géants de l’économie numérique aimeraient bien nous imposer. En tant que lecteur, non seulement vous gagnerez un temps fou mais en plus vous contribuerez à une certaine vision du web. En tant que créateur du contenu, vous perdrez peut être un peu en stats, en trafic et en revenus pubs, mais vous serez assurés d’être vus par les gens qui auront fait la démarche de s’abonner à ce que vous produisez.

Choisis ton camp Claude Guéant.

·

1 : rule one : the doctor lies 

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :